Les Jeux de la traduction sont tellement plaisants que les anciens participants, bénévoles, organisateurs ou correcteurs n’ont d’autres choix que d’y retourner, encore et encore. Dans l’univers des Jeux, nous appelons ces vétérans de la traduction des hasbeens. Loin d’être péjoratif, le statut de hasbeen est synonyme d’expérience, d’accomplissement et d’un sérieux talent pour la fête.

Mais qu’y font-ils, ces hasbeens, s’ils ne participent plus ? Dès 2007, les hasbeens ont apporté leur soutien aux organisateurs, d’abord en tant que bénévoles, puis comme mentors. Au fur et à mesure qu’ils ont commencé leur vie professionnelle, les hasbeens sont aussi devenus des ressources pour trouver des partenaires financiers et ont permis aux Jeux de prendre de l’expansion. Ce sont également les hasbeens qui décernent chaque année le fameux Prix Gerry-Boulet, remis à l’équipe s’étant démarquée par sa présentation, ses tenues outrageuses et sa participation aux activités sociales.

Le hasbeen moderne profitera donc de sa fin de semaine pour :

  • retrouver des amis des éditions précédentes
  • rencontrer les nouveaux participants et répondre à leurs questions sur les Jeux, le monde du travail, la vie, etc.
  • profiter des occasions de réseautage
  • apporter leur aide aux organisateurs comme bénévoles, photographes, gestionnaires des médias sociaux, etc.
  • faire un peu de tourisme !

Facile à repérer, le hasbeen est celui qui a le sourire fendu jusqu’aux oreilles quand il regarde les participants découvrir la magie des Jeux.

N’ayez pas peur d’être un hasbeen en 2017! Inscrivez-vous en remplissant le formulaire des hasbeens.

Enfin, pour finir sur une note musicale, nous vous invitons à vous délecter de cette composition incroyable des hasbeens de 2009 qui chantaient C’est si beau :